Développements récents sur la COVID-19 au Nunavut et droit à l’éducation

particular of a classroom in a kindergarten with little green ch

En date du 18 mars 2021, le Nunavut ne compte que deux cas actifs de COVID-19, tous circonscrits à la communauté d’Arviat. La communauté d’Arviat a été la communauté la plus fortement touchée par la pandémie au Nunavut. En date du 18 mars 2021, 339 des 383 cas confirmés de COVID-19 du Nunavut proviennent de la communauté de quelque 3 000 habitants. Selon Joe Savikataaq Jr., maire de la communauté, la vulnérabilité de la population face à la pandémie s’explique notamment par des facteurs tels que la pénurie et le surpeuplement de logements. La jeunesse de la population est un facteur également soulevé : il serait moins surprenant que la population soit asymptomatique, car les complications du virus sont plus probables chez les personnes plus âgées. La communauté d’Arviat a d’ailleurs subi un strict confinement depuis le mois de novembre dernier. Un état d’urgence imposant de grandes restrictions aux libertés individuelles de la population a même été déclaré le 24 février 2021 afin de contrer la deuxième vague, celui-ci pouvant se justifier par le nombre de cas élevé de même que par la vulnérabilité de la population. Un couvre-feu obligatoire de 22h à 6h avait notamment été instauré.

Suite à 115 jours de confinement, Arviat entrevoit ultimement un relâchement des mesures sanitaires. Le gouvernement du Nunavut permet notamment la réouverture partielle des écoles au sein de la communauté, la fermeture des écoles représentant une entrave au droit à l’éducation, droit humain fondamental. En effet, certains enfants se sont vus défavorisés par la gestion de la continuité de l’apprentissage suite à la fermeture des écoles, c’est-à-dire qu’il est allégué que certains élèves n’ont pas obtenu de trousse d’apprentissage afin de suivre leurs études depuis leur domicile. Dans le cadre du droit à l’éducation, les mesures instaurées par le gouvernement du Nunavut se doivent de tenir compte des inégalités sociales. Il est impératif de se méfier face à un système d’enseignement à distance ayant pour effet d’exacerber « les écarts de réussite scolaire liés au statut socioéconomique ».

La réouverture des écoles d’Arviat s’effectue conformément au Plan de réouverture des écoles du Nunavut 2020-20201. Le Plan prend notamment en considération les risques d’infection et de transmission directe de la COVID-19 chez les enfants par rapport aux dommages engendrés par la fermeture des écoles sur leur santé physique et mentale. Ainsi, suite à une fermeture complète des écoles en raison du stade 4 alors en cours, près de la moitié des étudiants d’Arviat peuvent maintenant regagner leur classe. Le stade 3 entrera en vigueur cependant environ 10 à 28 jours après le rétablissement du dernier cas recensé de la COVID-19.

En date du 18 mars 2021, 11 438 premières doses ainsi que 6 373 secondes doses du vaccin ont été administrées. D’ici la fin mars 2021, le gouvernement du Nunavut prévoit suffisamment de doses pour vacciner 75 % de la population de plus de 18 ans.

Le Nunavut a enregistré un décès des suites de la COVID-19, mais quatre autres résidents sont décédés dans les provinces du Sud. Le ministère de la Santé a expliqué n’enregistrer que les décès d’individus infectés par le virus au Nunavut. Le ministre de la Santé du Nunavut, Lorne Kusugak, a énoncé que les autorités sanitaires du Nunavut travaillaient avec d’autres juridictions pour déterminer la meilleure façon d’enregistrer les décès hors du territoire.

 

Ce billet de blog a été rédigé par un étudiant de CCLA-PBSC Rights Watch. Les opinions exprimées ne reflètent pas nécessairement le point de vue de l’ACLC ou de PBSC.

This blog post was written by a CCLA-PBSC Rights Watch student. Views expressed do not necessarily reflect the view of the CCLA or PBSC.