La femme afro-néo-écossaise honorée: le nouveau billet de 10$ canadien

Auparavant, les Canadiens emblématiques qui ornaient les billets de banque canadiens se limitaient aux hommes tels les Premiers ministres: Sir Robert Borden, W.L Mackenzie King, Sir John A. MacDonald et Sir Wilfrid Laurier. C’est alors que la Banque du Canada annonce le nouveau personnage symbolique qui figuera sur le billet de dix dollars, soit Viola Desmond, la première femme de l’histoire du Canada à être ainsi honorée.

Viola Desmond était une femme d’affaires Afro-Néo-Écossaise et une défenseure des droits civils,  née en 1914 à Halifax.  Elle entreprend ses études à l’école Field Beauty Culture à Montréal, l’une des rares écoles à accepter des étudiants noirs à l’époque, selon l’Encyclopédie canadienne.  Plus tard, elle ouvre le Vi’s Studio of Beauty Culture à Halifax pour répondre aux besoins de la communauté noire. Ensuite, Mme. Desmond ouvre une école de beauté, la Desmond School of Beauty Culture afin d’offrir des perspectives d’emploi aux jeunes femmes noires.

Malgré son succès entrepreneurial, elle était encore soumise à la ségrégation raciale. En fait, en 1946, elle se rendit au cinéma dans la ville de New Glasgow, en Nouvelle-Écosse. Mme Desmond s’est assise dans une section réservée aux Blancs et refusait de quitter. En défiant l’autorité, on l’a incarcérée. On l’accusait de fraude contre le gouvernement de la Nouvelle-Écosse en raison de la différence de taxe entre une place au rez de chaussée, réservée aux Blancs et une place au balcon, réservée aux Noirs; qui s’élevait à un cent, selon Historica Canada. Évidemment, le litige portait plutôt sur son statut d’Afro-Canadienne et la discrimination raciale, non sur une fraude fiscale. Elle a contesté la décision en cour avec l’aide de la Nova Scotia Association for the Advancement of Coloured People (NSAACP). Allant en appel, son procès constituait l’une des premières contestations judiciaires soulevées par une femme noire au Canada pour cause de ségrégation raciale. Malheureusement, les juges de la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse se sont prononcés contre elle en raison de leurs conclusions judiciaires. Ainsi, la condamnation de 1946 est restée inscrite à son dossier, selon les Archives de la Nouvelle-Écosse.

Depuis, son procès a inspiré le mouvement pour l’égalité raciale au Canada. Notamment, la ségrégation a légalement été terminée dans les écoles en Nouvelle-Écosse, en 1954, grâce à la détermination de Viola Desmond et autres défenseurs des droits civils.

45 ans après son décès, en 2010, la lieutenante-gouverneure de la Nouvelle-Écosse, l’honorable Mayann Francis, la première personne noire à occuper cette fonction, lui octroie un pardon absolu. Or, le premier ministre, Darrell Dexter,  présente ses excuses en affirmant que la condamnation de Viola Desmond était une erreur judiciaire.

Viola Desmond est une pionnière de l’avancement des droits et libertés au Canada, c’est pourquoi le nouveau billet de 10 $ est orné de son portrait. Ce dernier illustre les symboles et des images qui représentent les grands thèmes de la justice sociale et de la lutte pour les droits et libertés.

Le nouveau billet de banque canadien sera mis en circulation dès le 19 novembre 2018.

Pour plus d’information au sujet de Viola Desmond et du billet de banque canadien, visitez : https://www.banqueducanada.ca/billets/10vertical/ et visionnez les vidéos ci-dessous.

 

 

Ce billet a été écrit par un(e) étudiant(e) ACLC-PBSC.  Les opinions exprimées ne reflètent pas nécessairement le point de vue de lACLC ou PBSC.