Un regain de racisme au cœur du XXI ème siècle

« Aujourd’hui, nous honorons la mémoire des victimes de l’Holocauste, tragédie sans précédent de l’histoire de l’Humanité » déclarait António Guterres, nouveau secrétaire général des Nations-Unies, le 27 janvier 2017. Cette tentative d’élimination du peuple juif, mais également des Roms, des Tziganes, des homosexuels, des handicapés et autres groupes a certes été effectuée par un groupe d’extrémistes nazis, il n’en est pas moins qu’un regain de racisme, xénophobie et d’antisémitisme doit être constaté de nos jours. En effet le secrétaire général souligne que ce mouvement « continue d’avoir le vent en poupe de manière tragique et en dépit de notre détermination ».

Ces inégalités que l’on pensait derrière nous dans un pays libre et démocratique reviennent et il est triste de constater qu’aucun droit aujourd’hui ne semble acquis. L’exemple le plus frappant est le décret pris par le président américain au cours de la première semaine de son mandat. Donald Trump frappe d’interdiction les ressortissants de sept pays de rentrer sur le territoire américain (Iran, Irak, Libye, Somalie, Soudan, Syrie, Yémen). Il précise qu’il ne s’agit en aucun cas d’une mesure prise à l’encontre de la religion musulmane mais que c’est une question de sécurité nationale. La compagnie Air France a refusé d’embarquer 15 personnes vers les États-Unis en raison de ce décret.

La tendance semble suivre en France puisqu’aux vues des élections présidentielles de mai 2017, la candidate du front national Marine Le Pen ne cesse de gagner des voies. Ainsi selon un sondage Ipsos publié par le Monde, la candidate d’extrême droite pourrait remporter de 25% à 28% des suffrages au premier tour des élections, ce qui lui permettrait de décrocher un ticket pour le second tour. Il est assez ironique de constater que celle-ci « n’a rien contre les étrangers » mais qu’elle est strictement contre l’immigration et souhaite y mettre fin, que celle-ci soit légale ou clandestine. Elle veut notamment cesser de manière totale le regroupement familial et limiter les arrivées à 10 000 par an contre environ 200 000 au cours de ces dernières années.

L’écrivain italien Primo Levi disait « Parce que c’est arrivé une fois, cela peut arriver de nouveau » lorsqu’il pense à l’Holocauste. Dans l’optique de ne pas réitérer de telles atrocités le chef des droits de l’Homme à l’ONU rappelle qu’il faut préserver la séparation des pouvoirs, la liberté de la presse, mais aussi et surtout des droits essentiels à l’homme tels que « le droit à la vie et au bien-être de tous les individus, indépendamment de leur origine ou de leur appartenance ethnique ». L’inverse serait d’ailleurs contraire aux valeurs consacrées dans la Charte des Nations-Unies et la Déclaration universelle des droits de l’Homme précise encore M. Guterres.

 

Trump Le Pen

 

This blog post was written by a CCLA-PBSC RightsWatch student. Views expressed do not necessarily reflect the views of the CCLA or PBSC.

About the Author

Clemence Deguerny
Clémence est étudiante française, elle a validé une licence en droit privé à l'Université de Poitiers. Elle est actuellement en master I en droit des affaires en échange à l'Université de Moncton.